Contrat d’assurance-vie au Luxembourg : avantages et limites

En temps de crise et d’instabilité sur les marchés financiers, la plupart des investisseurs se tournent de plus en plus vers des produits d’épargne qui font belle mine, des produits qui sont exemptes de risques. Or, on sait qu’un placement sans risque n’existe pas. En étant plus réaliste, la solution la plus adaptée est de faire appel à des supports d’investissement qui présentent un juste équilibre entre rendement et risque tels que l’assurance-vie.

Cette enveloppe de placement très prisée des Français a le vent en poupe, c’est certain. Aucun produit n’a pu le précéder. Et encore moins aujourd’hui où son équivalent luxembourgeois commence à faire un tabac en France et dans toute l’Europe. Un produit rempli de qualités il faut le dire, mais qui a aussi ses limites.

Depuis quelques années, l’assurance-vie française souffre d’un manque de performances et de fiabilité. A cause notamment de l’érosion du rendement des fonds en euros et de l’application de la loi Sapin 2, la confiance des épargnants est quelque peu affectée. Et pour eux, il est inutile de prendre des risques si le vecteur est en perte de vitesse. La plupart se sont alors rués vers l’assurance-vie luxembourgeoise qui de son côté, obtient un franc succès sur le marché français voire dans la zone euro. Et il y a de quoi.

Avantages du contrat d’assurance-vie au Luxembourg

En quête de sécurité et de stabilité, les investisseurs français sont de plus en plus séduits par l’assurance-vie luxembourgeoise, celle-ci offrant un niveau de sécurité exceptionnel pour les assurés. Avec la ségrégation des actifs et le super privilège qui sont deux fondamentaux du régime de protection lié au contrat d’assurance-vie luxembourgeois, l’épargnant bénéficie d’une protection maximale de ses avoirs si l’assureur venait à faire faillite. De plus, la couverture des dommages n’a pas de limite au Luxembourg si celle de la France est plafonnée à 70 000 euros.

Un autre avantage propre au contrat luxembourgeois : l’accès à une variété de supports. Puisque l’idéal est toujours de diversifier ses actifs afin de diluer les risques, alors pourquoi ne pas le faire dans un seul contrat ?
L’assurance-vie luxembourgeoise comme le contrat français comporte deux types de supports, le fonds général en euros et les supports en unités de compte. Le premier est souvent réassuré par la maison-mère française d’une société luxembourgeoise. Les seconds ont plus d’intérêt car ils donnent aux investisseurs la possibilité de diversifier leurs actifs voire élaborer des contrats sur-mesure. On les reconnaît également comme étant un générateur de rendement efficace pour le contrat. C’est pourquoi on s’incline avantage vers ces composants.

Une des raisons qui explique aussi l’engouement des investisseurs européens pour ce produit est la possibilité d’investir en plusieurs devises. Grâce à cela, les rachats, les virements et la transmission du capital sont effectués dans la monnaie de leur choix.

Enfin, un placement avantageux n’en serait pas un si sa fiscalité ne présente aucun intérêt pour le contribuable. Aussi, le Luxembourg est connu pour sa neutralité fiscale. Tout investisseur non-résident est donc imposé sous le régime de sa résidence fiscale et non du Luxembourg.

Les limites du contrat

Le blocage des fonds en euros lorsqu’éventuellement apparaît une défaillance systémique, concerne aussi bien le contrat de source française que le contrat d’assurance-vie luxembourgeois. On ne peut pas prétendre le contraire sous prétexte que la compagnie de réassurance est délocalisée et devrait échapper à la suspension imposée par le dispositif qui n’est applicable qu’à l’intérieur du territoire français. La grande majorité des contrats d’assurance-vie au Luxembourg sont en fait détenus par des compagnies ayant leur siège social en France, et donc bénéficient de la garantie allouée par ces dernières. Mais il y a toujours des établissements qui sont entièrement délocalisés.

Pour la même raison, un assureur basé en France et à qui l’épargnant délègue la gestion de ses fonds est rémunéré par celui-ci sans qu’il ne s’en rende compte. Cette rémunération est en réalité prélevée sur le calcul du rendement qui est diminué de 30 points de base par rapport à celui du contrat français. Heureusement, l’écart est modéré. Ce qui ne change pas grand-chose au final.

Groupement Foncier Forestier en France : quels intérêts ?

La France, c’est à peu près 16,4 millions d’hectares de surfaces boisées et une couverture forestière de 30% du territoire national. Elle représente également 10% de la surface forestière européenne et se trouve donc en 3ème place après la Finlande et la Suède.

Avec une croissance de 0,6 % par an sur 30 ans, la surface boisée française a doublé depuis 1827 où elle ne représentait que 8,3 millions d’hectares. On rapporte également que la quantité de prélèvements de la forêt en France est estimée à 42,3 millions mètres cube par an. Avec un tel volume, l’apport de la filière bois dans l’exploitation de la production biologique pourrait satisfaire de multiples besoins notamment l’énergie, l’industrie du bois et accessoirement l’alimentation.

La France c’est aussi 3,5 millions de propriétés forestières privées (3/4 du territoire national) et 2,3 millions de propriétés de moins 1 ha non exploitées. Certaines d’entre-elles ouvrent droit à la chasse et la pêche. D’autres sont dédiées aux activités d’agrément et de tourisme. Bref, la forêt offre un panel d’activités et d’opportunités qui ne laissent pas les acteurs de la filière indifférents.

C’est à ce titre que les groupements fonciers forestiers se sont formés. Alliant exploitation, création d’emplois et investissement responsable, ces sociétés sont des intermédiaires efficaces à l’accès et l’investissement dans la forêt à destination des particuliers.

L’objet du groupement foncier forestier (GFF) en France

Le groupement foncier forestier (GFF) se positionne en tant qu’acteur de premier rang dans l’exploitation de la forêt à destination des investisseurs particuliers. Parce que dans la pratique, l’État est la seule entité autorisée officiellement à exploiter et à détenir des milieux naturels, pour les particuliers l’accès à ce type d’actifs est un véritable parcours de combattant. Et cela, exige un budget astronomique. Grâce au groupement foncier forestier, ils peuvent se constituer un patrimoine forestier auparavant difficilement accessible avec une mise de fonds à partir de 5 000 euros seulement.

Le principe est très simple. Le groupement forestier est une structure de financement collaboratif. Il collecte des fonds auprès d’investisseurs désireux d’investir dans la forêt. Les fonds collectés sont ensuite investis dans l’acquisition, la conservation, l’amélioration et l’entretien de domaines forestiers. En achetant des parts d’un GFF, ils deviennent alors propriétaires de massifs forestiers mais indirectement. Étant associés du groupement, ils délèguent la gestion de leur patrimoine (administrative, forestière et financière) à ce dernier qui lui verse en contrepartie des revenus régulièrement. Les revenus potentiels sont en général issus des activités de chasse, de pêche et de coupe de bois.

Souscrire à un groupement foncier forestier (GFF) génère un rendement allant de 1% à 3%, certes moindre mais les avantages fiscaux qui y sont liés sont significatifs. Et puisqu’il s’agit d’un placement à long terme, les résultats sur la durée sont de loin ceux qui comptent. Sous la seule condition cependant que le groupement s’engage dans une exploitation durable (30 ans), l’investissement ouvre droit à des avantages fiscaux spécifiques :

  • Réduction de l’impôt sur le revenu de 18% sur le montant d’investissement (parts conservées jusqu’au 31 décembre de la 8ème année)
  • Une autre réduction de 18% en cas de travaux réalisés par le groupement (sur la base du coût des travaux et du nombre de parts détenues par l’investisseur)
  • Réduction de la facture fiscale de 50% sur la valeur des parts
  • Un abattement de 75% sur la valeur des parts dans le calcul de la base taxable à l’ISF dès la première année de l’investissement
  • Un abattement de 75% de la valeur taxable en cas de donation ou de succession
  • Une exonération de 4% de la plus-value de cession sur une durée d’investissement de 22 ans
  • Une exonération de 1,60% des prélèvements sociaux sur la même durée. Entre 23 et 39 ans, cet abattement est porté à 9%.

Bien avant le blog, une page facebook !

Comment a démarré Busy-Women ?

Ça vous étonnera peut-être, mais pas par le blog ! Busy-women était à la base une page Facebook qui rassemblait déjà pas mal de femmes entrepreneures. Ce n’est qu’en fin d’année 2013 que j’ai décidé de créer un blog et que je suis tombée sous le charme de WordPress !

Continuer la lecture de « Bien avant le blog, une page facebook ! »

Bilan 2016

Je vous souhaite à toutes et à tous une très belle année 2017, pleine de réussites et de bonheurs !

Nouveauté

2016 a été le début du réseau d’expertes avec les premières adhérentes que vous pouvez découvrir ici. D’ailleurs, vous pouvez vous aussi devenir expertes sur le réseau si vous ciblez les femmes entrepreneures.

Publications

Une trentaine d’articles ont été publiés, certains écris par moi-même d’autres par vous ou avec votre participation. D’ailleurs n’hésitez pas à me contacter.

Les articles qui ont été le plus lu :

Vous toutes et tous

Je vous remercie pour votre soutien, vos mails, vos commentaires et votre passage sur le site.

Vous êtes maintenant plus de 400 abonnées à la newsletter et plus de 1000 sur Facebook.

Mon bilan personnel

Comparé à 2015, en 2016 j’ai passé beaucoup moins de temps sur le site, pour au final plus d’efficacité !

Premièrement parce que je n’avais pas le choix, 2 enfants et 2 projets professionnels (busy-women.fr et miryamkebe.fr) forcément le temps est précieux.

Deuxièmement, parce que j’ai délégué plus de tâches :

  • La partie technique du site : avant je faisais tout moi-même parce que WordPress est une passion pour moi, mais dorénavant, je préfère gagner du temps et me concentrer sur ce qui est plus important. D’ailleurs si vous êtes experte en WordPress, votre profil pourrait m’intéresser !
  • La rédaction : J’ai commencé à déléguer la rédaction de certain articles et je vais continuer en ce sens. Je souhaite trouver la perle rare, une rédactrice avec qui travailler sur le long terme. Bien sûr, je continuerais quand même à écrire moi-même.

Au fil des années, je me dirige aussi doucement vers un site qui me ressemble de plus en plus et dans lequel je m’autorise à être moi. C’est pour cela d’ailleurs que je vous parle aujourd’hui de ce bilan et que j’ai décidé de participer à ce challenge que nous propose Mia : #CoulissesDuBlog

Je me ferais un plaisir de répondre plus amplement à vos questions si vous en avez ainsi qu’à découvrir vos sites et blogs.

 

Cet article fait partie de l’événement interblogueurs #CoulissesDuBlog créé par Mia, du blog Trucs de Blogueuse. Chaque semaine, je publie un article où je vous donne les dessous de mon blog.

Pour lire les autres participations, allez sur ce lien :http://www.trucsdeblogueuse.com/coulissesdublog1

Vous pouvez également participer à cet événement, voici les conditions : http://www.trucsdeblogueuse.com/evenement-coulisses-du-blog-2017

Développer sa stratégie d’entreprise grâce au poker

developper-sa-strategie-dentreprise-grace-au-poker

Saviez-vous que de Wall Street à Silicon Valley, de nombreuses personnes issues du monde de l’entreprise s’adonnent au poker ? Aujourd’hui, la tendance est au travail sur la stratégie en essayant de développer des atouts et cacher les points faibles. Être une femme demande parfois encore plus de travail pour se faire une place dans un monde d’hommes et d’inégalités. C’est pourquoi il est important de comprendre le fonctionnement du monde de l’entreprise, et de mettre toutes les cartes de son côté.

Pour ce faire, de plus en plus de personnes découvrent les nombreux points similaires entre le jeu de cartes le plus pratiqué sur la planète et le monde des affaires. Malgré une image négative renvoyée notamment par le cinéma hollywoodien, on constate que ce jeu n’est pas seulement lié au hasard. Comme les jeux d’échecs ou de go, sa pratique nécessite une certaine logique, des capacités de self-control, ou encore de prévisions sur le long terme. Pas besoin de devenir une professionnelle du jeu pour en apprendre les bons côtés, des parallèles peuvent être mis facilement en évidence.

Il faut l’avouer, l’augmentation du nombre d’entrepreneurs et de travailleurs indépendants en France montre un besoin de trouver une alternative à l’emploi traditionnel. Si vous avez fait ce choix de carrière, c’est d’emblée que vous êtes joueuse et que vous êtes prête à prendre des risques. Mais pas à n’importe quel prix. Il faut pratiquer pour apprendre, s’investir dans de petits projets et gagner de petites batailles pour ensuite avancer vers des adversaires plus compliqués. Voir les résultats de nos efforts prend du temps, et il faut être capable d’avoir une vision globale sur un projet pour developper une stratégie adéquate.

On trouve de nombreux conseils valables pour les joueurs de poker qui peuvent être adaptés aux entrepreneuses. Dans cette infographie, on vous rappelle qu’il faut s’imposer une discipline de fer en agissant toujours avec prudence, ou encore qu’avoir confiance en soit est une condition sine qua non pour gagner. Au jeu de poker, on apprend de ses erreurs et de ses victoires, et même dans la défaite on doit savoir maintenir notre réputation. Protéger son image en apprenant à gérer ses émotions est une clé essentielle d’une stratégie mature. On ne vous demande pas ici de cacher des ressentis mais d’apprendre à en faire une force. C’est un conseil vraiment important car étant des femmes dans un monde d’hommes, on attend de vous d’être émotives et de ne pas savoir réagir convenablement aux situations de stress. Sachez utiliser cette sensibilité comme une arme qui vous démarquera des autres, en étant attentives à ce que disent et font vos interlocuteurs. La pratique active du poker peut vous aider à vous améliorer dans ce domaine en vous apprenant à dompter l’adrénaline.

Dans une société en crise, il faut systématiquement accepter que le risque est une partie intégrante d’une entreprise. Le stress qui découle de ce facteur n’est pas à négliger. Comme un joueur de poker, il faut garder une attention constante et ne pas laisser la fatigue vous envahir. À l’image de la table de poker, vos repas d’affaires et vos réunions sont les moments où vous devez savoir focaliser votre attention et concentrer vos atouts. Au Poker et dans la vie, tout est une question de timing. Il ne faut pas vous en vouloir lorsque vous avez à subir un moment de malchance. Si vous aimez votre métier, vous donnerez le meilleur de vous même et vous resterez prêtes pour des moments plus propices à l’épanouissement de vos projets. Rien ne remplace l’apprentissage par l’expérience. Pour ce faire, n’arrêtez jamais d’apprendre, renseignez vous sur votre métier en lisant des livre, des blogs, ou en participant à des conférences.

Classer facilement

Vous aimez classer, vous ?

Qui aime classer ses documents ?

Honnêtement. Je n’aime pas ça non plus, mais avoir un système de classement en place et savoir que je peux facilement retrouver ce dont j’ai besoin me suffit pour me donner envie de le faire. C’est un gain de temps, rassurant et professionnel !
Vous avez trop à classer, ou pas tant que ça, mais ne savez pas comment vous y prendre pour mettre de l’ordre ? Vous trouvez quelques conseils ci-dessous pour vous y retrouver et adopter de bonnes habitudes.

7 Conseils pour apprendre à classer :

Faites le tri

Triez tous vos documents en faisant des piles, vous aurez ainsi une meilleure idée de ce que vous avez à classer.

Jetez ce qui ne vous sert pas

Qu’est-ce que vous avez besoin de garder et qu’est-ce qui est inutile ? Si un document ne va plus vous servir et n’a pas de valeur pour votre entreprise (ni fiscales, ni juridiques), débarrassez-vous en ! On entasse parfois beaucoup de papiers qui ne nous servent pas alors qu’on a besoin de place et d’efficacité, si vous avez un doute, n’hésitez pas à poser la question. Vous pouvez également archiver dans des boites les documents à garder dont vous n’avez plus utilité chaque jour.

Créez des catégories

Vous avez maintenant sous les yeux tout ce qui doit être classé, comment allez-vous organiser ce classement ? Des catégories devraient ressortir facilement et logiquement des piles que vous avez faites. Vous pouvez utiliser des dossiers suspendus, des classeurs ou des pochettes selon ce qui vous arrange pour chaque catégorie. Vous verrez que le choix de manque pas en terme de fournitures de bureau. Pensez votre classement regardant vers l’avenir, il ne faut pas que vous ayez à tout changer chaque mois par manque de place dans une catégorie ou autres, votre classement doit pouvoir avancer avec votre entreprise.

Code couleur (facultatif)

Si vous êtes visuel, essayez le codage de couleur (vert pour les finances, le bleu pour l’administration, rouge pour les contrats, etc.) Avant de le mettre en pratique, faites un brouillon sur une feuille pour mieux vous imaginer chaque catégorie et sa couleur. Ensuite, il vous suffira de prendre des pochettes ou classeurs des couleurs voulues ou bien simplement des pastilles de couleurs sur des supports unis.

Étiquette

Étiqueter bien vos dossiers, que ce soit à la main, avec une étiqueteuse ou en imprimant des pages de garde. Ainsi, vous saurez exactement ce que vous avez en main, que ce soit grâce aux codes couleurs, aux indications textuelles… Vous ne mélangerez plus les documents et trouverez ce que vous cherchez en un instant.

Classer tous les documents

Et voilà, vous pouvez maintenant facilement classer vos documents dans chaque dossier et les ranger dans une armoire, une étagère, un tiroir ou autre selon vos préférences. Un bureau bien organisé, c’est une des clés 😉

Maintenez l’ordre

Régulièrement remettez de l’ordre et classer les documents, quittez à mettre en place une corbeille spéciale « à classer ». Prenez 10 minutes chaque mercredi matin par exemple, cela vous facilitera le travail au quotidien.

Conseil pour réussir en finance lorsqu’on est une femme

S’il est encore rare de trouver des femmes au sein des salles de marché, nombreuses sont celles qui se hissent au sommet de grandes organisations financières. C’est une tâche difficile, mais pas impossible, et ce n’est pas Christine Lagarde qui dira le contraire, nommée depuis 2011 à la tête du fond monétaire international, ou Fatine Laytn cette française qui a créé en 2000 son propre cabinet de conseil en fusions-acquisitions. Si ces dernières sont de parfaits exemples de réussite, il y a encore du chemin à parcourir : certes, les femmes représentent 44 % de la population cadre, mais seulement 16 % d’entre elles sont présentes dans les directions des entreprises financières. Voici une liste de conseils qui vous aideront à évoluer dans ce milieu bien longtemps réservé aux hommes.

Réussir en finance en tant que femme

Règle numéro 1 : se rendre visible en interne

C’est un conseil très peu appliqué par les femmes en général. N’ayez pas peur de parler de vous, de mettre en avant vos accomplissements et projets futurs, et ce pas seulement lors de rendez-vous professionnels. Il faut surtout travailler cette visibilité au sein de votre entreprise.

 

Deux mots d’ordre : persévérance et patience

Tout le monde le sait, une carrière est loin d’évoluer en ligne droite. C’est plutôt  une aventure de longue haleine, où chaque chose vient en son temps. Que vous travailliez à votre compte sur les options binaires ou êtes cadre financier, il est primordial d’anticiper les moments de crise afin de ne pas participer à l’angoisse générale qu’elles suscitent.

 

Allez au-delà de votre zone de confort

C’est avec les nouvelles expériences que l’on progresse. Osez aller vers l’inconnu, et accepter des projets que vous ne maîtrisez pas afin d’effectuer des mouvements de carrière latéraux. C’est un conseil simple à donner mais difficile à appliquer, tant il nécessite une confiance inébranlable en vos capacités professionnelles.

 

Resauter de manière ciblée et cohérente avec vos objectifs

Des centaines de connections LinkedIn ne seront d’aucune utilité pour réussir dans le milieu de la finance, où la qualité prime sur la quantité. Des rencontres pertinentes, ciblées et cohérentes avec vos objectifs professionnels sont de rigueur. Mais cela ne vous interdit pas pour autant d’échanger avec différents interlocuteurs.

 

Usez et abusez de votre capacité à écouter

Se mettre en avant est important, mais cela n’est efficace que si vous êtes à l’écoute de vos interlocuteurs. C’est prouvé scientifiquement, les hommes ont une capacité d’écoute très limitée, ce qui vous donne un avantage notable en tant que femme. Prenez avantage de cette lacune masculine, et soyez attentive à vos interlocuteurs, qui vous penseront sincèrement intéressée et vous feront confiance plus facilement.

 

Trouvez un programme de mentorat

Certes, le terme « mentor » peut intimider : qui choisir, et surtout comment solliciter cette personne ? C’est simple, il suffit d’adhérer à un programme de mentorat,  qui ne nécessite pas une relation formalisée. Vous pouvez appeler votre mentor de temps en temps, lui demander conseil afin de développer votre réseau et mieux vous connaitre et ainsi accéder à des postes à responsabilité.

 

Vous voulez une promotion ? Allez la demander

La sous-représentation des femmes au sein des postes de management est expliquée par leur propre autocensure. En effet, les femmes ont tendance à attendre une promotion au lieu d’aller la demander, à l’inverse des hommes qui se montrent beaucoup moins hésitants.

 

Faites de votre sensibilité féminine un atout

Beaucoup de femmes s’en défendent, mais elles possèdent un atout de poids : la séduction. S’il ne faut pas en abuser, une attitude, un sourire sont bien souvent capables de débloquer des situations compliquées. Les femmes disposent d’un éventail d’atouts plus large que les hommes pour arriver à leurs fins, grâce à leur grande maturité sur le plan affectif ainsi que leur intelligence émotionnelle.

 

N’hésitez pas à vous montrer plus volontaire

Pour réussir, il vous faudra être volontaire et faire preuve d’une motivation à toute épreuve. Ce dynamisme constituera un avantage compétitif, de plus le challenge de dépassement de soi permanent vous donnera une avance par rapport aux hommes, qui eux n’ont pas à gérer ce type de défi.

 

L’erreur numéro un est de singer le comportement masculin

La plupart des femmes qui gravissent les échelons du monde de la finance ont tendance à singer le comportement des hommes en se montrant inflexibles, ce qui induit des résultats contre-productifs. En agissant ainsi, vous reniez vos qualités ainsi que votre sensibilité. Réussir oui, mais sans essayer d’être quelqu’un d’autre ou imiter les hommes. Il est préférable de s’inspirer de la confiance qu’ils ont en eux afin de vous assumer pleinement.

 

Enfin, si vous avez des enfants, ne culpabilisez pas

C’est inévitable, les femmes ont généralement leur premier enfant aux alentours des 30-35 ans. Certes, avoir une famille n’empêche pas de réussir pour les hommes, mais il en est autrement pour les femmes, souvent tiraillées entre leur profession qui les passionne et leur famille qu’elles chérissent. Elles essaient bien souvent d’être présentes sur tous les fronts afin de réussir maternité et carrière. Mais n’oubliez pas, vous n’avez qu’une quantité de temps, d’énergie, et de connaissances limitées. En bref, cessez de culpabiliser.

Et si vous l’imprimiez ce livre ?

Ecrire et faire imprimer un livre

Ecrire en étant soi

Voir nos idées se matérialiser, c’est tellement satisfaisant.

Etes-vous de celles qui rêvent secrètement de publier un livre ?

Donnez-vous le droit d’écrire ce que vous avez envie. Laissez-vous aller à votre inspiration.

Vous avez du mal ? Je publierais bientôt un article sur l’autocensure dont je vous mettrais le lien ici.

Mettez-vous y simplement, sans penser au résultat. Prenez une heure ou deux de libre ou plus, choisissez un endroit confortable et déconnectez-vous de tout réseau.

Personnellement, je préfère parfois un bon vieux cahier et un stylo, l’inspiration m’y vient plus facilement et j’aime écrire. A vous d’essayer plusieurs méthodes.

Laissez-vous aller à l’écriture, sans vous relire tant vous n’avez pas fini. Ne vous censurer pas, vous aurez le temps de découper vos textes au moment de la relecture et ainsi de réfléchir à ce que vous souhaitez montrer au grand jour ou non.

Est-il déjà écrit ? Vous l’avez gardé dans un coin de votre pc ou sur papier ? Et si vous décidiez de l’imprimer ?

Pourquoi un livre papier à l’air du numérique ?

Contrairement à l’e-book, le livre papier vous permet d’avoir un support de communication visible à tout instant chez vos clients ! Ils penseront à vous en le voyant, mais pas seulement. Leur entourage le verra également.

C’est moyen de passer du virtuel au réel, en quelque sorte. De plus, le livre numérique ne représente aujourd’hui que 6.4 % des ventes de livres en France. Pour en savoir plus.

Comment finaliser un livre avant de l’imprimer ?

Faites-vous relire.

Il est difficile d’avoir assez de recul sur nos propres œuvres.

Vous pouvez également vous faire aider pour les corrections, la mise en page, le format… Trouvez vos partenaires idéaux sur le réseau d’expertes.

Pour le faire imprimer,vous aurez l’embarras du choix en ligne et hors ligne entre différentes imprimeries.

Cartes de visite : Pourquoi vous devriez y penser

Une web entrepreneure a-t-elle besoin de cartes de visite ?

Vous vous dites peut-être que vous n’avez pas besoin de cartes de visite parce que vous êtes essentiellement sur le web et ne rencontrer, en générale, pas vos clients dans la vie réelle. Or même si votre petite entreprise est entièrement digitalisée, des cartes de visites professionnelles de qualité vous aideront dans votre stratégie de marque.

Carte de visite : exemples originaux

Pourquoi et à quel moment utiliser vos cartes ?

Elles vous serviront lorsque vous réseautez ! Et si je ne réseaute pas ?

Et si, vous réseautez, et ce tout le temps.

Même si vous n’allez pas dans des événements ou salon professionnel. En passant une soirée avec vos amis, en allant à un mariage ou à l’anniversaire de tante Huguette. À chaque fois qu’on vous demande : Que faites-vous dans la vie ?

Ce serait quand même dommage que votre interlocuteur soit intéressé par ce que vous faites et que vous ne puissiez pas lui laisser une carte de visite. Alors oui, on ne griffonne plus au bord d’une serviette en papier, on tapote plutôt sur son smartphone. Mais il faut prendre le temps d’épeler et même dans un smartphone vu le nombre d’informations qu’on a, ça peut vite se perdre, s’oublier.

C’est là que votre carte de visite va sortir l’épingle du jeu.

Mais attention, pour cela il faut qu’elle soit de qualité, qu’elle reflète une image cohérente et professionnelle. Mais aussi, qu’on se rappelle de qui nous l’a donner.

Comment réussir ses cartes de visite ? Qu’elles soient créatives et professionnelles à la fois ?

Les cartes de visite devraient être prévues au moment de la création de la charte graphique, si possible avec un graphiste.

Vous n’y avez pas pensé ou n’avez pas prévu le budget ? Vous pouvez passer par différent site comme Flyeralarm pour les créer et faire quelques essais par vous-même.

Attention, ne faites pas vos cartes en 10 minutes top chrono. Si vous ne voulez pas que vos cartes de visite finissent avec les papiers à recycler ou chiffonné au fond d’un sac à main, il va falloir faire preuve de créativité.

Taille, couleurs, textures, photos, logo, … Testez plusieurs modèles tout en pensant à votre client cible. C’est lui qui doit aimer votre carte de visite, pas votre mari ni votre meilleure amie, ils ne seront pas assez objectifs.

Je vous ai rassemblé une série d’exemples de cartes de visite créatives et originales sur Pinterest.

AS

Entreprendre, c’est bien… Penser au développement durable, c’est mieux !

Le développement durable devrait être pensé lors de chaque projet d’entreprise, en tant que responsabilité citoyenne. Créer une entreprise, c’est créer un nouvel avenir. Pour nous, pour nos clients et tous ceux qui nous entourent de près ou de loin. Quel avenir voulons-nous créer ?

Etre entrepreneure éco-responsable

Ils se sont engagés dans cette démarche : Riso, une société de conception, fabrication et commercialisation de systèmes d’impression. À l’origine fabricants d’encre, ils produisent donc leurs propres consommables.

Une société éco-responsable

Des impressions éco-responsables

Riso s’est engagé depuis sa création, et ce, par conviction, dans une démarche de développement durable. Ils se donnent le devoir de créer des produits écologiques et de proposer des solutions d’impression respectueuses de l’environnement. Ils pensent leurs éco-produits en terme de fabrication, utilisation et recyclage.

Fabrication

Ils veillent à ce que les processus de fabrication de leurs matériels et consommables requièrent le moins de ressources possibles. Ils ont ainsi obtenu la certification ISO 14001 (utilisation minimale d’eau et d’énergie, réduction maximale des déchets).

Utilisation

  • Impression recto-verso sans perte de productivité
  • Des fonctionnalités qui réduisent le risque de bourrage papier et limitent ainsi le gaspillage
  • Équipements compatibles avec du papier recyclé
  • Aucune pollution de l’air ambiant soit une préservation de l’atmosphère
  • Consommation électrique réduite : seulement 0,5 Wh en mode « économie d’énergie »

Recyclage

  • Systèmes d’impression recyclables
  • Emballages en carton recyclé
  • Collecte et recyclage gratuit des cartouches usagées
  • Désencrabilité certifiée

Les clients jouent un rôle clés dans le processus de recyclage. Ils sont encouragés à s’inscrire au programme de recyclage, ils assurent la réutilisation de leurs consommables et agissent pour la sauvegarde de l’environnement.

Les clients, acteurs du processus

Impliquer les clients en les faisant devenir acteur du processus est un excellent moyen qu’a mis en place Riso pour les sensibiliser et les responsabiliser face au recyclage.

J’espère que cet exemple vous permettra, de vous aussi, mettre des mesures en place dans votre entreprise en faveur du développement durable.
AS

7 conseils pour organiser votre séminaire avec succès

Être à la hauteur des attentes de vos clients

Aujourd’hui, vous trouverez des séminaires dans tous les domaines, vos clients savent à quoi s’attendre et vous vous devez de ne pas les décevoir. Un bon séminaire s’organise dans les moindres détails.

Créer un évènement

Voici sept conseils pour vous aider :

Définissez vos objectifs

Définir clairement vos objectifs, que ce soit le jour du séminaire ou ultérieurement, si vous avez l’intention de vendre d’autres prestations ou produits durant le séminaire, vous permettra de vous organiser de façon efficace. Définissez également votre budget, les dates et le matériel nécessaire. Organiser à la minute ou à l’heure près le déroulement de votre séminaire, surtout s’il y a plusieurs intervenants.

Choisissez un lieu

L’endroit dépendra de différents critères notamment l’ampleur de votre événement. Choisissez un lieu qui réponde aux exigences de votre séminaire, comme les dates de l’événement, le style, le matériel (audio, vidéo…), le nombres de participants attendus et l’objectif de ce séminaire. Un exemple d’endroit conviviale pour vos séminaires.

Prévoyez restauration et logement

Prévoyez un service traiteur selon les heures de votre séminaire ainsi qu’une solution de logement, voir un deuxième tarif comprenant le logement si votre séminaire se déroule sur plus d’un jour. Renseignez-vous également sur les transports en commun disponibles et l’accessibilité du lieu afin de pouvoir renseigner vos clients.

Faites parler de votre séminaire

Publicité en ligne et hors ligne : journaux, magazines, télévision, radio etc. Les moyens ne manquent pas. Cependant, si vous avez un petit budget, il en existe également d’autres : les communiqués de presse, l’emailling, les partenariats, les réseaux sociaux…

Créer des prospectus et cadeaux

Créer des programmes mettant en évidence les principaux événements et les temps de votre séminaire. Grâce au sponsoring par exemple, vous pourriez préparer quelques cadeaux en rapport avec le thème du séminaire. De plus obtenir un ou plusieurs sponsors de renom contribuera à stimuler la crédibilité de l’événement et réduire vos coûts.

Prévoyez du temps libre

Vos clients viennent peut-être de loin et si votre séminaire dure plus d’un jour, ils voudront sûrement un peu de temps libres pour visiter la ville et ses alentours. Le fait que vos clients pensent qu’ils vont passer un bon séjour, augmentera leur envie d’assister à votre séminaire.

AS

4 raisons de louer un bureau

À première vue, la location de bureau peut sembler un luxe. Après tout, il y a de multiples façons de créer un bureau à la maison fonctionnelle, et ce, de façon rentable puisque ça vous évite de payer des frais de location supplémentaire. Mais beaucoup d’entrepreneurs trouvent que la location d’un espace séparé pour son bureau est non seulement abordable, mais les aide aussi à mieux faire leur travail. Voyons ensemble pourquoi :

La location de bureau

  1. Pour réseauter naturellement !
    Louer un bureau vous fera sortir de votre nid douillet et vous permettra de faire de nouvelles rencontres professionnelles simplement. Selon l’endroit que vous choisirez, des événements seront ou pourront être organisés. Réussir, c’est savoir s’entourer !
  2. Pour maintenir votre image professionnelle !
    Recevoir un client chez vous ou le recevoir dans un bureau n’aura pas le même effet, votre image professionnelle n’en sera que meilleure.
  3. Pour être efficace !
    Le meilleur moyen de ne pas procrastiner est de n’être là que pour travailler ! En sortant de votre maison et en vous rendant à votre bureau, vous éliminer beaucoup de distraction possible et gagnerez en efficacité.
  4. Pour les avantages matériels 
    Selon l’endroit où vous louez votre bureau, vous pourrez également profiter de salle de conférences, de photocopieuse et autres matériels professionnels coûteux.

Prête à tester ? Vous trouverez facilement une location de bureau à Paris, mais également dans toute la France.

AS

Réussir son investissement locatif : une gageure ?

Investir dans la pierre est une opération délicate, qui demande une connaissance pointue des lois existantes. Celles-ci changeant régulièrement, il n’est pas toujours aisé de s’y retrouver. Voici la marche à suivre pour réussir son investissement locatif.

La loi Pinel, comme la loi Duflot avant elle, est un dispositif d’incitation à l’investissement dans l’immobilier locatif. Dit plus simplement, un particulier/ménage achetant un logement pour ensuite le mettre en location se verra attribuer de nombreux avantages fiscaux. L’investissement immobilier en Pinel est intéressant à long terme, dans l’objectif de préparer sa retraite ou de se constituer un patrimoine.

Location de logement

Des critères à respecter concernant la loi Pinel

Avant d’entrer dans le détail de la loi Pinel, voici quelques conseils pour bien débuter.

– Le choix de la ville est primordial. Elle doit avoir un potentiel locatif important. En ce sens, trois critères sont à prendre en compte : le dynamisme économique (ex : Toulouse attire 30 000 nouveaux habitants par an) ; la population étudiante, très demandeuse de logements locatifs ; le cadre de vie. Un logement dans une ville ensoleillée a plus de chance d’être loué que dans une ville où la pluie est permanente.
– Même constat pour le quartier. Pour être sûr de trouver un locataire, le logement doit être proche des axes de communications (métro, bus, autoroute…). Le cadre de vie est également important : la présence d’écoles, de commerces ou d’espaces verts est un plus. Enfin, l’idéal est de trouver un quartier “en devenir”, proposant un projet à moyen terme. Attention à ne pas tomber dans l’extrême en choisissant un quartier en totale rénovation.
– Pour finir, le logement en lui-même. Le neuf comporte plus d’avantages que l’ancien réhabilité (économies d’énergie, garantie biennale et décennale…). Les surfaces, intérieures et extérieures, jouent leurs rôles : un placard à balai trouvera difficilement un locataire, les trop grandes également ; les terrasses et autres jardins doivent respecter une surface minimum (6m2 pour les T1/T2, 8m2 pour les T3, 12m2 pour les T4).

Niveau loi, la loi Pinel impose des plafonds de loyers et de ressources, pour le locataire, en fonction du zonage du territoire. Ce critère doit être pris en compte lors du choix de la ville d’investissement.

Contrairement à la loi Duflot, la loi Pinel propose trois durée de location, qui influent sur le montant de réduction d’impôt :
– 6 ans de location donne droit à 12% de réduction,
– 9 ans à 18%
– 12 ans à 21%.
Par exemple, pour un investissement de 150 000 euros et une location de 12 ans, vous bénéficierez 31 500 euros de réduction, soit 2 625 euros par an pendant 12 ans.

Pour bénéficier de la défiscalisation Pinel, le logement doit être neuf ou rénové, bénéficier du label BBC2005 (pour les rénovés) et être loué dans les 12 mois suivants la remise des clés au propriétaire. La location doit être à titre de résidence principale et non meublé.
L’investissement est lui aussi plafonné : pas plus de 300 000 euros par an, la réduction d’impôt est inclue dans le plafond des niches fiscales, soit 10 000 euros maximum par an et par foyer, pas plus de 2 investissements par an en Pinel, dans la limite des 300 000 euros.

AS

Team building : La solution pour motiver votre équipe

Qu’est-ce que le team building ?

Motiver son équipe

Le terme « team building » est devenu un mot à la mode ces dernières années, il peut se traduire par « construction d’équipe » ou « renforcement d’équipe ». Ce concept visant à améliorer les conditions de travail et l’efficacité des salariés est né dans les années 1980. En termes de développement de l’entreprise, des exercices de renforcement d’équipe sont importants, non pas pour l’expérience immédiate des activités réalisées par l’équipe, mais pour les compétences du groupe et la communication qui en résultent.

L’activité, que ce soit un Flashmob, un atelier d’improvisation théâtrale ou un parcours d’obstacles, est simplement un moyen ayant pour fin : une expérience d’apprentissage à fort impact. Les événements de renforcement d’équipe offrent des expériences réalistes qui permettent aux individus de contribuer à des objectifs communs. Le succès de la plupart des entreprises dépend de la capacité des individus à constituer des équipes efficaces.

Les principaux objectifs du team building sont d’améliorer la productivité et la motivation. Sortir les salariés de leur contexte de travail les aide à briser les barrières politiques et personnelles, permet d’éliminer les distractions et de s’amuser ! Les avantages des programmes de renforcement d’équipe sont si importants que de nombreuses entreprises les ont intégré à leur stratégie.

Vous trouverez une multitude d’événements possibles selon vos objectifs sur Accortem.com.

10 objectifs réalisables

1. Améliorer la communication
2. Rendre le travail plus agréable
3. Motiver votre équipe
4. Apprendre à se connaître
5. Etre tous en cohérence avec les objectifs de l’entreprise
6. Instaurer des stratégies d’autorégulation de l’équipe
7. Aider les participants à en savoir plus sur eux-mêmes (forces et faiblesses)
8. Identifier et utiliser les points forts des membres de l’équipe
9. Amélioration de la productivité de l’équipe
10. Mettre en place une collaboration efficace avec les membres de l’équipe

Le team building encourage l’amélioration des compétences telles que : la communication, la négociation, le leadership, et la motivation. Choisissez le succès pour votre entreprise en améliorant l’efficacité de votre équipe !

AS