Mon retour sur le défi roman

HelloOo

Voilà, je vous ai partagé un extrait de mon roman en 7 parties pendant 7 jours. Vous pouvez retrouver le tout sur la page Facebook.

Ca m’a vraiment motivé parce que du coup, j’ai repris chaque partie, puisque c’était vraiment un brouillon, j’ai beaucoup réécrit et peut être qu’au final, il changera encore. À suivre.

Ce qui est bien, c’est qu’en annonçant un défi publiquement, on se donne une motivation supplémentaire pour aller au bout. En plus au final 7 jours, c’est relativement court, même si j’ai fait une pause de 2 jours parce que j’avais vraiment besoin de repos.

Ca m’a permis aussi de décomplexer l’écriture d’un roman. Oui, j’écris un roman, oui, c’est un histoire un peu dingue et oui je vous partage le début avant même que ce soit fini. Et alors ? Ce qui serait vraiment dingue, c’est que J.K Rowling n’est pas publié Harry Potter, vous imaginez si elle l’avait simplement gardé pour elle ?

En plus, même un roman raté, peut être le tremplin vers un super roman, y’a qu’en essayant qu’on peut avancer. Donc voilà partagez-moi vos impressions si vous m’avez lu, mais partagez-moi également si vous avez, vous aussi, une envie d’écriture et que vous n’avez pas encore sauté le pas. Vous pourriez peut-être relever ce même défi ?

Belle journée à vous,

Miryam

Myriam : j’ai pris conscience que j’étais continuellement dans le faire plutôt que dans l’être

Rencontre avec une entrepreneure : Myriam

Myriam est Praticienne de santé, naturopathe et sophrologue, vous ppouvez la retrouver sur : www.odelia-nature.fr

Qu’est-ce qui a motivé votre envie, vos ambitions de devenir entrepreneure ?

Il y a quelques années, j’ai pris conscience que j’étais continuellement dans le faire plutôt que dans l’être. J’ai retrouvé mon chemin, mes réponses dans le Ressenti.
J’ai découvert la puissance des techniques psycho-corporelles comme la Sophrologie pour se libérer de nos conditionnements et fausses croyances afin de vivre pleinement.

Quelle est l’histoire de la création de votre entreprise ?

Dans une société où l’on court après le temps, il est important de se poser régulièrement pour prendre soin de soi afin de s’entretenir et préserver sa santé.
Cependant, dans la multitude d’informations disponibles de nos jours, on se retrouve facilement perdu et on ne fait pas toujours les bons choix.
De ces constats est né ODELIA Nature, l’envie de transmettre mes connaissances en prévention de santé et d’accompagner ceux qui en ont le besoin et l’envie. Donner et vous expliquer les clés afin de vous rendre autonome dans votre hygiène de vie.
En tant que Naturopathe, j’accompagne et permets de mieux vivre au quotidien que ce soit par la gestion du stress, sommeil, poids, alimentation etc.. Je donne des conseils d’hygiène de vie, de diététique et de bons sens.

Comment est-ce que vous vous entourez ? Avez-vous rejoint des clubs, réseaux, êtes-vous accompagnée en individuel ?

J’ai effectivement rejoints des réseaux afin de me sentir soutenu, avoir des idées pour developper seule ODELIA Nature et faire des rencontres enrichissantes !

Quelles sont les 3 valeurs que vous avez le sentiment d’incarner et que vous voulez véhiculer ?

Générosité
Persévérance
Humilité

Etre une femme entrepreneure, qu’est-ce que ça change ?

Se sentir libre, se lever chaque matin et se sentir à sa place, utile, en accord avec soi-même.

Un conseil pour les femmes qui hésitent à se lancer ?

Croire en soi et préparer sa transition !

Quelles ont été les premières étapes qui ont fait décoller votre entreprise ?

En parler ! Se bouger ! Etre enthousiaste !

Quelles ont été vos plus grandes difficultés ? Et au contraire, les facilités ?

La plus grande difficulté est de tenir financièrement, c’est un sacrifice pour faire ce que l’on aime par la suite. Ne surtout pas compter ses heures !
C’est un choix que je ne regrette pas !
De plus, les amies qui nous entourent nous montrent d’autant plus leurs valeurs.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre vie d’entrepreneure ?

Les relations humaines étant pour moi une raison de vivre, c’est ce qui me fait tenir.

Avez-vous des routines quotidiennes qui font votre réussite ?

Oui ma routine matinal au réveil : massage visage Dien Chan, un verre d’eau, mentra positif, réveil musculaire et respiration en sophrologie.

Du prix que vous mettez découlera votre investissement

J’ai déjà entendu beaucoup de coachs dire ça et je vérifie cette théorie de plus en plus.

Combien d’e-book avez-vous téléchargé, les avez vous tous lu ? Avez-vous appliqué les enseignements trouvés ?

Combien d’articles avez-vous lu sur un sujet qui vous intéressait et avez-vous appliqué ce que vous y avez trouvé ?

Parfois, j’emprunte des livres à la bibliothèque, certains sujets m’intéressent au point que j’aurais pu acheter ces livres-là, pourtant parfois, je ne prends pas le temps de les lire, pourtant je les garde un mois !

Dernièrement, j’ai acheté un livre d’un entrepreneur pour les entrepreneures, à un tout petit prix 3 €, je crois, je ne l’ai toujours pas lu. Alors qu’un autre livre, par exemple le dernier de Jen Sincero, je l’ai dévoré dès que je l’ai acheté et j’ai tout appliqué.

Les formations en ligne que j’ai acheté, personnellement je les ai toujours faites en entier et je suis passé à l’action un maximum.

Le prix que vous y mettez va beaucoup jouer sur votre passage à l’action. Qui n’a pas entendu ses parents dirent : « Ne jette pas l’argent par les fenêtres ! » ? Personne n’a envie d’avoir dépensé son argent pour « rien », alors quand on y met son argent, on s’implique.

Donnez un conseil gratuit, la personne vous dira : Ok peut-être que je le ferais. Si elle paye pour ce conseil, il y a 80% de chance de plus qu’elle applique réellement ce conseil et qu’elle s’attend à un résultat.

En avez-vous déjà fais l’expérience ?

Douce journée à vous,

Miryam

Ps : Mon dernier investissement, c’est d’avoir rejoint l’incubateur de Margaux Klein pour passer à un niveau supérieur : https://margauxklein.clickfunnels.com/page-de-vente17404676?affiliate_id=882837

D’un simple avatar pour me réprésenter à un passage au JT

Hello, c’est Miryam
 
Je sais ce que vous ressentez quand vous n’osez pas mettre votre photo ou tourner une vidéo. J’ai moi-même été dans ce cas il y a quelque temps.
 
J’avais peur de la réaction des gens en mettant ma photo sur mon site, en même temps, j’ai eu de plus en plus envie d’être moi et qu’on m’accepte tel que je suis. Et au-delà de ça, mes lectrices avaient besoin de plus d’humanité, de mettre un visage sur mon nom, de me connaître davantage.
 
J’ai remarqué au fil de mes rencontres autour de mon site web que les gens étaient finalement très ouvert et que ce besoin d’améliorer le rapport humain était plus important que ma peur de me montrer.
 
Par la suite, j’ai également découvert les offirmations grâce à Lucia Canovi, des affirmations sous forme de questions en « pourquoi » et en « nous », par exemple : Pourquoi est-ce que nous sommes confiantes ?
 
En écrivant ces offirmations et en les écoutant en audio, j’ai pu améliorer ma confiance en moi, très clairement, jusqu’à même oser être filmé pour le journal TV, vous avez sûrement vu la vidéo sur la chaîne YouTube.
 
Je vous invite à découvrir les offirmations en écoutant un extrait ici et si ça vous parle de recevoir l’intégralité des audios afin de les écouter tous les jours, en faisant le ménage, en conduisant, etc… Cela va vraiment vous aider à décupler votre confiance en vous et à passer davantage à l’action.
 
Vous m’en direz des nouvelles !
 
Belle journée à vous,
 
Miryam

Un peu de douceur…

On ne peut pas être douce avec les autres si on n’est pas d’abord douce avec nous-même.

Vous le savez en ce moment je suis pro « slow life » 😀 et bien clairement il y a des moments dans la vie, où il faut encore plus expérimenter cette façon de vivre plus lentement et avec plus de douceur.

Douceur, ne veut pas dire fainéantise, douceur veut plutôt dire faire l’action juste pour soi.

J’aime beaucoup les vidéos de motivation qu’on peut trouver sur Youtube, certaines sont plus pour les sportifs, mais d’autres se prêtent bien à l’entrepreneuriat. C’est top pour se motiver. Cela peut fonctionner à court terme si vous êtes déjà dans cette énergie. Mais quelque chose me dérange aujourd’hui là-dedans, je ne suis plus, pour ce mode de fonctionnement trop violent, trop acharné, ayant finalement parfois comme moteur des colères, des peurs et toutes sortes d’émotions négatives.

Quitte à passer pour une bisounours, je suis persuadé qu’on peut avancer sans se flageller, sans se forcer et avec bonne humeur, sans s’user physiquement ou psychologiquement. Si c’est une peur qui vous freine, vous pouvez y aller quand même et foncer, mais à condition que vous sentez qu’au-delà de la peur il y a une envie profonde d’y aller ! S’il n’y pas cette envie derrière la peur, prendre le temps de vous reconnecter à votre pourquoi ne vous fera pas perdre de temps, bien au contraire.

Douce journée à vous,

Miryam

Gérer son temps en prenant soin de son énergie

Hello,

Aujourd’hui je vous donne un conseil simple à appliquer pour gérer votre temps et en gagner grâce à l’observation et la bonne utilisation de votre énergie ! Ainsi si vous êtes maman, femme entrepreneur et que vous devez aussi gérer la maison et le ménage, vous n’aurez plus l’impression de manquer de temps 😉

A toute suite 😉

Miryam

Pourquoi essayer de changer ce qu’on ne peut pas ?

Parfois, on voit la vie comme un combat, une lutte, plein d’expression en témoigne d’ailleurs, et si on décide de voir la vie comme ça, effectivement, on ne manquera pas de combat à mener.

J’avais lu dans un conte soufi qu’un disciple ne comprenait pas que son maître est aucun ressentiment pour les gens qui disent du mal de lui et ne réagit pas à cela. Le maître lui expliqua : La vie est une pièce de théâtre, tout le monde autour de moi jouent son simplement son rôle.

Je comprends dans cette métaphore, et cela n’engage que moi, que tout gravitent autour de nous pour nous faire grandir et tout va dépendre de notre propre interprétation et surtout de notre réaction.

C’est aussi ce qu’enseigne la PNL ou la CNV, en d’autres termes. L’autre réagit et communique selon son propre vécu, ses peurs, ses limitations voir même son univers. A nous de prendre notre responsabilité sur notre réaction plutôt que de chercher qui a tord ou raison. Le but principal étant de vous sentir sereine et alignée avec vous-même le plus souvent possible.

Belle journée à vous,

Miryam

Si ce message vous a été utile partagez-le avec ceux qui peuvent en avoir besoin 😉

Le stress nous fait perdre du temps

Quand le stress monte, qu’on a peur d’être en retard, de ne pas réussir à faire tout ce qu’on veut etc. Souvent effectivement, on n’y arrive pas !

Dernièrement, je lisais le livre de Jen Sincero, elle parlait de cette théorie et nous expliquait de passer en revue ce qu’il y avait effectivement à faire et de voir comment on pouvait parvenir à tout faire.

Ce matin, j’ai eu a expérimenté ça… 😀

Tout a commencé hier soir en fait, je me suis dit que le jeudi soir, ce serait bien que je me couche plus tôt, chaque semaine. Et j’ai donc « voulu » me coucher à 21h30, mais ma petite dernière n’était pas de cet avis. Bon, je sais plus exactement ce qui c’est passé entre temps, tout ce que je sais, c’est que je me suis réveillé 30 minutes plus tard que d’habitude et que je ne me rappelais même pas si j’avais éteint mon réveil ou s’il n’avait simplement pas sonné, pas le temps de vérifier.

Le stress m’envahit. 5 minutes.

Au bout de 5 minutes, je me rappelle de ce passage du livre et je me dis : stop ! Ok, c’est quoi le plus urgent ? Habiller les enfants, comme ça, peu importe l’heure, ils seront prêt. J’ai passé le reste en revue dans ma tête et c’est parti, même avec une demi-heure de moins tout était fait et on est parti tranquillement pour l’école, sans aucun retard. Je marchais avec un grand sourire avec eux et je profitais juste du moment présent à voir mes deux garçons se tenir la main et rigoler ensemble. C’est pas ça le bonheur ?

Et vous, le stress ? Comment est-ce que vous l’amadouez au quotidien ?

Belle journée à vous,

Miryam

Le corps parle

Quand on traverse des moments difficile dans notre vie, plus ou moins intense émotionnellement, notre corps s’exprime lui aussi.

C’est important d’apprendre à déceler ces expressions, à les comprendre et à agir dans le sens du bien-être.

En ce moment, je traverse quelque chose d’émotionnellement intense et je sens parfois mon dos qui se crispe, ou mes dents qui se serrent. C’est important de s’en rendre compte et d’immédiatement prendre le temps de se détendre, de prendre soin de soi.

C’est un signal, un appel à ne pas s’oublier, à ne pas oublier ce corps qui nous porte, nous soutien. À ne pas oublier que la vie elle-même est un miracle. Que tout est parfait et que tout a un sens.

Le corps parle, le corps crie parfois. Est-ce que nous l’avons toujours entendu ? Pris en compte ? Soulagé ? Chouchouté ?

Et si vous preniez quelques heures cette semaine pour vous reconnecter et chouchouter ce corps ?

Belle journée à vous,

Miryam

Si ce message vous touche partagez-le avec ceux qui peuvent en avoir besoin !

Contrat d’assurance-vie au Luxembourg : avantages et limites

En temps de crise et d’instabilité sur les marchés financiers, la plupart des investisseurs se tournent de plus en plus vers des produits d’épargne qui font belle mine, des produits qui sont exemptes de risques. Or, on sait qu’un placement sans risque n’existe pas. En étant plus réaliste, la solution la plus adaptée est de faire appel à des supports d’investissement qui présentent un juste équilibre entre rendement et risque tels que l’assurance-vie.

Cette enveloppe de placement très prisée des Français a le vent en poupe, c’est certain. Aucun produit n’a pu le précéder. Et encore moins aujourd’hui où son équivalent luxembourgeois commence à faire un tabac en France et dans toute l’Europe. Un produit rempli de qualités il faut le dire, mais qui a aussi ses limites.

Depuis quelques années, l’assurance-vie française souffre d’un manque de performances et de fiabilité. A cause notamment de l’érosion du rendement des fonds en euros et de l’application de la loi Sapin 2, la confiance des épargnants est quelque peu affectée. Et pour eux, il est inutile de prendre des risques si le vecteur est en perte de vitesse. La plupart se sont alors rués vers l’assurance-vie luxembourgeoise qui de son côté, obtient un franc succès sur le marché français voire dans la zone euro. Et il y a de quoi.

Avantages du contrat d’assurance-vie au Luxembourg

En quête de sécurité et de stabilité, les investisseurs français sont de plus en plus séduits par l’assurance-vie luxembourgeoise, celle-ci offrant un niveau de sécurité exceptionnel pour les assurés. Avec la ségrégation des actifs et le super privilège qui sont deux fondamentaux du régime de protection lié au contrat d’assurance-vie luxembourgeois, l’épargnant bénéficie d’une protection maximale de ses avoirs si l’assureur venait à faire faillite. De plus, la couverture des dommages n’a pas de limite au Luxembourg si celle de la France est plafonnée à 70 000 euros.

Un autre avantage propre au contrat luxembourgeois : l’accès à une variété de supports. Puisque l’idéal est toujours de diversifier ses actifs afin de diluer les risques, alors pourquoi ne pas le faire dans un seul contrat ?
L’assurance-vie luxembourgeoise comme le contrat français comporte deux types de supports, le fonds général en euros et les supports en unités de compte. Le premier est souvent réassuré par la maison-mère française d’une société luxembourgeoise. Les seconds ont plus d’intérêt car ils donnent aux investisseurs la possibilité de diversifier leurs actifs voire élaborer des contrats sur-mesure. On les reconnaît également comme étant un générateur de rendement efficace pour le contrat. C’est pourquoi on s’incline avantage vers ces composants.

Une des raisons qui explique aussi l’engouement des investisseurs européens pour ce produit est la possibilité d’investir en plusieurs devises. Grâce à cela, les rachats, les virements et la transmission du capital sont effectués dans la monnaie de leur choix.

Enfin, un placement avantageux n’en serait pas un si sa fiscalité ne présente aucun intérêt pour le contribuable. Aussi, le Luxembourg est connu pour sa neutralité fiscale. Tout investisseur non-résident est donc imposé sous le régime de sa résidence fiscale et non du Luxembourg.

Les limites du contrat

Le blocage des fonds en euros lorsqu’éventuellement apparaît une défaillance systémique, concerne aussi bien le contrat de source française que le contrat d’assurance-vie luxembourgeois. On ne peut pas prétendre le contraire sous prétexte que la compagnie de réassurance est délocalisée et devrait échapper à la suspension imposée par le dispositif qui n’est applicable qu’à l’intérieur du territoire français. La grande majorité des contrats d’assurance-vie au Luxembourg sont en fait détenus par des compagnies ayant leur siège social en France, et donc bénéficient de la garantie allouée par ces dernières. Mais il y a toujours des établissements qui sont entièrement délocalisés.

Pour la même raison, un assureur basé en France et à qui l’épargnant délègue la gestion de ses fonds est rémunéré par celui-ci sans qu’il ne s’en rende compte. Cette rémunération est en réalité prélevée sur le calcul du rendement qui est diminué de 30 points de base par rapport à celui du contrat français. Heureusement, l’écart est modéré. Ce qui ne change pas grand-chose au final.

Groupement Foncier Forestier en France : quels intérêts ?

La France, c’est à peu près 16,4 millions d’hectares de surfaces boisées et une couverture forestière de 30% du territoire national. Elle représente également 10% de la surface forestière européenne et se trouve donc en 3ème place après la Finlande et la Suède.

Avec une croissance de 0,6 % par an sur 30 ans, la surface boisée française a doublé depuis 1827 où elle ne représentait que 8,3 millions d’hectares. On rapporte également que la quantité de prélèvements de la forêt en France est estimée à 42,3 millions mètres cube par an. Avec un tel volume, l’apport de la filière bois dans l’exploitation de la production biologique pourrait satisfaire de multiples besoins notamment l’énergie, l’industrie du bois et accessoirement l’alimentation.

La France c’est aussi 3,5 millions de propriétés forestières privées (3/4 du territoire national) et 2,3 millions de propriétés de moins 1 ha non exploitées. Certaines d’entre-elles ouvrent droit à la chasse et la pêche. D’autres sont dédiées aux activités d’agrément et de tourisme. Bref, la forêt offre un panel d’activités et d’opportunités qui ne laissent pas les acteurs de la filière indifférents.

C’est à ce titre que les groupements fonciers forestiers se sont formés. Alliant exploitation, création d’emplois et investissement responsable, ces sociétés sont des intermédiaires efficaces à l’accès et l’investissement dans la forêt à destination des particuliers.

L’objet du groupement foncier forestier (GFF) en France

Le groupement foncier forestier (GFF) se positionne en tant qu’acteur de premier rang dans l’exploitation de la forêt à destination des investisseurs particuliers. Parce que dans la pratique, l’État est la seule entité autorisée officiellement à exploiter et à détenir des milieux naturels, pour les particuliers l’accès à ce type d’actifs est un véritable parcours de combattant. Et cela, exige un budget astronomique. Grâce au groupement foncier forestier, ils peuvent se constituer un patrimoine forestier auparavant difficilement accessible avec une mise de fonds à partir de 5 000 euros seulement.

Le principe est très simple. Le groupement forestier est une structure de financement collaboratif. Il collecte des fonds auprès d’investisseurs désireux d’investir dans la forêt. Les fonds collectés sont ensuite investis dans l’acquisition, la conservation, l’amélioration et l’entretien de domaines forestiers. En achetant des parts d’un GFF, ils deviennent alors propriétaires de massifs forestiers mais indirectement. Étant associés du groupement, ils délèguent la gestion de leur patrimoine (administrative, forestière et financière) à ce dernier qui lui verse en contrepartie des revenus régulièrement. Les revenus potentiels sont en général issus des activités de chasse, de pêche et de coupe de bois.

Souscrire à un groupement foncier forestier (GFF) génère un rendement allant de 1% à 3%, certes moindre mais les avantages fiscaux qui y sont liés sont significatifs. Et puisqu’il s’agit d’un placement à long terme, les résultats sur la durée sont de loin ceux qui comptent. Sous la seule condition cependant que le groupement s’engage dans une exploitation durable (30 ans), l’investissement ouvre droit à des avantages fiscaux spécifiques :

  • Réduction de l’impôt sur le revenu de 18% sur le montant d’investissement (parts conservées jusqu’au 31 décembre de la 8ème année)
  • Une autre réduction de 18% en cas de travaux réalisés par le groupement (sur la base du coût des travaux et du nombre de parts détenues par l’investisseur)
  • Réduction de la facture fiscale de 50% sur la valeur des parts
  • Un abattement de 75% sur la valeur des parts dans le calcul de la base taxable à l’ISF dès la première année de l’investissement
  • Un abattement de 75% de la valeur taxable en cas de donation ou de succession
  • Une exonération de 4% de la plus-value de cession sur une durée d’investissement de 22 ans
  • Une exonération de 1,60% des prélèvements sociaux sur la même durée. Entre 23 et 39 ans, cet abattement est porté à 9%.

S’adapter sans cesse : 3 conseils pratiques !

 

En tant que femme entrepreneure et maman, je ne sais pas vous, mais personnellement, je dois m’adapter sans cesse, entre les emplois du temps qui changent, les périodes de vacances, les activités, etc…

Si je ne surfe pas sur la vague et que j’essaie d’aller à contre-courant, c’est stresse et contre-productivité assurer.

Alors comment s’adapter au jour le jour :

1 Arrêter de vouloir tout planifier

Je sais ce que sais, avant j’essayais de planifier, quand je n’avais pas d’enfant notamment ou qu’en j’en avais qu’un, et encore ça ne marchait pas. Mon planning, je le laisse à plus haut que moi maintenant, je suis mon intuition le plus souvent possible. Et c’est en suivant mon intuition que tout est le mieux réglé sans même avoir besoin d’y penser en avance.

2 Accepter l’imperfection

Dur dur en tant que femme et en tant que mère d’accepter que les choses sont comme elles sont et d’arrêter de viser un idéal parfait. Dur aussi de laisser passer tous les commentaires qu’on peut recevoir de l’entourage, et même des gens moins proches qui se le permettent. Mais pourtant, c’est la clé ! Pensez à ce que vous voulez vraiment en priorité, et si c’est être sereine, croyez-moi ce n’est pas un planning parfait qui vous y aidera.

3 Prendre le temps

Arrêtons de courir dans tous les sens, ça m’est égal que le repas de midi ne soit pas prêt pour 11h45 quand on rentre de l’école. Je dis ça parce qu’on m’a fait la remarque là-dessus hier. Mais la vérité, c’est qu’en fait, ma priorité le matin, ce n’est pas du tout de faire à manger. Et si je me pressais pour que ce soit fait, ce serait le stress assuré. J’ai besoin de prendre le temps pour mes priorités et de ne pas faire les choses en speed, et honnêtement, je pense que vous aussi non ? Si vous ne prenez pas le temps pour ce qui est important, votre journée se remplira de toute façon, si on veut trouver des choses à faire, ce n’est pas ce qui manque en générale.

Belle journée à vous,

Miryam

Si ce message vous a été utile, partagez-le avec ceux qui peuvent en avoir besoin !

Adeline : avec Marbella Paris, bijoux et entrepreneuriat lui collent à la peau

À la base étudiante en droit, Adeline Moniez s’est un peu cherchée niveau orientation. Alors qu’elle est pourtant en maîtrise, la Picarde, qui a migré sur Paris pour son cursus, décide alors de faire un stage d’attachée de presse. C’est à ce moment là que sa destinée va basculer pour s’écrire en lettres dorées. Adeline fait la rencontre d’une journaliste qui porte des petits cristaux Swarovski à même le corps. C’est le coup de foudre ! D’un coup, d’un seul, l’élan créatif de la belle blonde s’emballe et les idées fusent. Elle retourne dans les Hauts-de-France, à Sailly-Laurette, petit village de Somme de 300 âmes, pour y investir l’auberge familiale qu’elle transforme en maison de luxe.

Marbella, un hommage à son grand-père

2005 marque la naissance de Marbella Paris, un lieu où sont fabriqués de manière totalement artisanale de magnifiques bijoux de peau, tatouages éphémères et maquillages. Un nom franco-espagnol, pour le côté capitale mondiale de la mode et pour rendre hommage au grand-père de la fondatrice. Adeline Moniez a, en effet, voulu faire un clin d’œil à son aïeul, artiste peintre à Marbella. La marque samaro-parisienne colle d’ailleurs parfaitement au côté chic de la ville côtière andalouse qui évoque le soleil, la mer, les vacances. On ne renierait d’ailleurs pas une petite escapade dans l’un des hôtels à Marbella pour passer du bon temps sur les bords de la Costa del Sol…

Mais trêve d’évasion, revenons à nos moutons, ou plutôt à nos bijoux, confectionnés grâce à une technique bien particulière. Car en plus d’avoir créé de toutes pièces sa belle entreprise et de dessiner la majorité de ses modèles, Adeline a tout simplement mis au point et breveté, en collaboration avec un laboratoire pharmaceutique, la technologie dermo-adhésive et hypoallergénique de ses créations. La classe ! Grâce à son esprit d’entreprise, sa persévérance et son idée novatrice, la brillante chef d’entreprise a révolutionné le monde de la bijouterie et de la joaillerie. « Si on y croit, tout peut réussir », résumait-elle lors d’un entretien accordé au Conseil départementale de la Somme.

De Dior à Miss Univers, la success story du made in Picardie

Fabriqués par les doigts de fées d’une dizaine d’artisans locaux, ces bijoux raffinés font honneur au terroir aussi via la dentelle de Calais, utilisée pour la réalisation de certains bijoux de peau. Pierres précieuses, or, cuir ou pigments sont aussi de la partie dans les différentes collections signées Marbella Paris. Séduit par la beauté et la précision de ces orfèvres picards, Dior a été le premier grand nom à faire confiance à la société montée par Adeline Moniez.

Ses bijoux de peau autoadhésifs ont depuis tapé dans l’œil de nombreuses marques et célébrités. On peut citer pêle-mêle Lancôme, Séphora, Swarovski, L’Oréal ou Kenzo. « Nous avons connu des hauts avec des commandes qui nous ont permis d’embaucher jusqu’à 30 personnes, ce que j’ai très mal vécu car on a perdu pendant ce temps-là le côté familial auquel on tient tant », regrettait néanmoins la talentueuse entrepreneuse dans les colonnes du Courrier Picard. Par ailleurs, la James Bond girl Léa Seydoux, la chanteuse Hélène Ségara ou encore la Miss Univers Iris Mittenaere sont tombées sous le charme des créations d’Adeline. Mais on ne va pas tous les citer, parce qu’il y a de trop de gens qui l’aiment.

Un ennemi de la bonne humeur : l’actualité ! Retour d’expérience

Depuis 1 ou 2 ans, je ne regarde plus les actualités, plus du tout, même pas pendant les élections (surtout pas pendant les élections d’ailleurs). Je ne lis pas non plus l’actualité. 

S’il y a quelque chose de vraiment important, je le vois passé sur les réseaux ou quelqu’un m’en parle. Si un sujet en particulier m’intéresse, je m’informe, mais sûrement pas dans ce genre de médias qui ne disent que ce qu’ils veulent bien.

Alors qu’est-ce que ça change de ne pas s’informer tous les jours sur l’actualité ? Ça aide à garder un bon état d’esprit ! 

Les actualités ont tendance à nous plomber, à nous mettre dans une énergie négative. Vous êtes au courant de ce qui se passe, mais est-ce que pour changer une situation ou donner votre aide vous serez plus efficace avec une énergie négative ou positive ?

En ne regardant pas les actualités, on se préserve d’ondes négatives supplémentaires et si on veut vraiment aidé une cause, ce n’est pas en regardant le problème à TV qu’on va changer quelque chose, mais en s’activant !

Belle journée à vous,

Miryam

—————
Pour aller plus loin regardez : 3 conseils pour entreprendre votre vie et ne pas passer à côté – Le premier pas vers votre vie idéale : https://goo.gl/61Mxfy
—————

Les idées affluent quand on leur laisse de la place

Vous avez déjà été dans une situation où vous vous creusiez la tête pour trouver une solution ?

J’ai vraiment pris goût à vous partager ses messages tous les jours, d’ailleurs, je vous remercie encore une fois chaleureusement pour vos mails qui me touchent beaucoup.

Hier, je me suis demandé comment toucher encore plus de personnes et j’ai étudié la question du mailing toute l’après-midi et puis le soir, au moment où je me dis allé stop : Eureka ! J’ai une idée. Je vais vous préparer une série spéciale : 5 jours 5 Success story !

Tout ça pour dire que quand on se creuse la tête, c’est difficile de trouver une idée. Parce que notre esprit n’est pas totalement ouvert, il est trop focalisé sur l’idée de trouver une idée 😀

Être focalisé sur son objectif oui, mais se laisser de la place. Suivre les intuitions même si elles paraissent hors sujet. Par exemple aller ranger la cuisine, parce que la bonne idée viendra peut-être à ce moment-là justement !

Belle journée à vous,

Miryam