Jane Troubat : L’entrepreneuriat, un coup d’accélérateur à mon développement personnel !

Mampreneure, promouvoir son entreprise, femmes chefs d'entreprise, micro entreprise, PME

Rencontre avec Jane Troubat

Coach en création d’entreprise au féminin.

Mampreneure

 

Être femme, maman et entrepreneure, qu’est-ce que ça change ?

Être femme et maman est pour moi une expérience de vie extraordinaire. J’apprends sur moi en permanence sous toutes les facettes. Quand on y rajoute l’entrepreneuriat, whouaouh, c’est comme si j’ai mis un coup d’accélérateur à mon développement personnel ! Cela bouscule de tous les côtés.

En ce qui me concerne, cela me pousse en permanence à m’alléger : pour aller à ce qui est essentiel pour moi et qui me correspond.

Quels sont les challenges ?

Les challenges en tant maman entrepreneure sont nombreux. Je pourrais classer les challenges dans deux catégories.

 

La première est d’ordre général, car le fait que je sois maman n’y a pas changé grand-chose.
De ce que j’ai vécu, il me semble qu’un des plus gros challenges a été la visibilité. J’avais vraiment eu peur de me lancer, de ce que cela allait avoir comme impact sur ma vie personnelle. En plus de cela, il y a toujours sa confiance en soi qui, pour ma part, a pris du temps pour s’ancrer. Il m’a fallu apprivoiser beaucoup de peur et m’apprivoiser pour accepter de surfer en étant moi-même et dans l’incertitude.

Deuxième challenge, la connaissance du monde entrepreneuriale. Je suis issue d’une famille de philosophe et de professeurs. Autant dire que l’entrepreneuriat a été pour moi un monde complètement nouveau. Il m’a fallu du temps pour en comprendre les subtilités et poser mes couleurs et mon identité dans chaque pas que je fais.

 

Dans la deuxième catégorie, liée au fait que je sois maman, et pour ma part ayant pris la décision de faire école à la maison, la gestion du temps et de l’énergie est juste non négociable. Car autrement, et très rapidement on peut sombrer dans la fatigue et être submergée sous les responsabilités.

Poser ses priorités est un des pas les plus importants dans ce domaine. Au début, cela peut être challengeant, car on a l’impression que tout est prioritaire ! L’entreprise, les enfants, les repas, les devoirs…

Un des challenges à apprivoiser aussi, c’est de prendre soin de soi. De faire de soi une priorité. Il ne faut pas oublier que si maman tombe, tout le reste s’écroule.

C’est une notion que j’ai bien intégrée après être tombée malade suite de fatigues et de surmenage. Une rage de dent pendant deux jours et vous accumulez les retards : les jouets non rangés, le linge qui s’accumule, les mails qui se remplissent… Le retour à la réalité est vite stressant et fatigant. Prendre soin de soi s’accompagne obligatoirement de la responsabilisation du reste de la famille et d’un partage de ses règles.

Or, cela suppose de bien connaître et de respecter ses propres besoins et pouvoir les exprimer clairement, avec amour, autant pour soi que pour les autres.

Dernier challenge, notamment lorsqu’on est une maman comme moi qui travaille à la maison, c’est de pouvoir bien sectionner le monde travail et personnel. Bon, on n’est jamais complètement coupé. Mais au moins, être claire sur les moments « travail » où avec les enfants c’est acté : maman
n’est pas disponible. Et les moments avec la famille où par exemple ni Facebook ni tout autre élément lié au travail ne viennent polluer ce temps sacré.

Le risque qu’on a, si on ne pose pas un minimum de limite, c’est de se retrouver au bout du rouleau et être esclave de son entreprise au lieu que celle-ci serve nos rêves et le mode de vie qu’on veut!

Comment avez-vous vécu vos débuts de création d’entreprise ?

Quand j’avais décidé de créer mon entreprise, ma cadette avait un peu plus de 4 mois. J’avais décidé avec mon mari, la même année, de commencer l’école à la maison. Autant dire que j’avais donc 3 bébés à m’occuper.

Ce qui a été le plus long pour moi a été de vraiment poser mon expertise. Je me rappelle avoir perdu beaucoup de temps à chercher les informations sur comment créer (concrètement) son entreprise. J’avais le sentiment que les personnes et/ou les institutions que j’avais autour de moi et qui étaient « habilitées » à me guider, n’ont jamais créé d’entreprise pour de vrai. Elles me parlaient plus de leur peur, de leur prévisions et de leurs statistiques, que de m’aider à construire, en bon guide, mon projet.

Je me retrouvais donc avec une masse d’information juridique, de gestion, de « protocoles »… des éléments purement administratifs qui me brouillaient complètement ma compréhension. Je me noyais littéralement. De plus, ce que j’avais vraiment envie, c’était de créer une entreprise où j’aurais le sentiment de servir, d’apporter ma contribution, d’être à ma juste place et d’en vivre. Pas seulement, présenter un business plan d’une entreprise qui ne prenne en compte ni mon identité de femme, de mère, de rebelle😊,ni mes valeurs. C’est cela qui m’a poussé à faire des études en coaching et de me faire accompagner par des coaches en business.

Mon objectif étant de dresser une entreprise qui révèle mon identité, qui me permet d’aider réellement les autres et qui soit rentable. Attention, je ne dis pas qu’il faut absolument s’entêter et de pas ouvrir son coeur, ses yeux et ses oreilles à ce qu’il y a autour. Au contraire. Seulement, il faut aussi et surtout une bonne dose de discernement pour ne pas se faire piéger dans le flou des informations sur la création d’entreprise.

Et ne jamais oublier de croire en ses rêves, quelle que soit la forme que cela aura.

Comment vivez-vous aujourd’hui votre statut de mampreneure ?

Je vis très bien ce statut de maman entrepreneure 😊!

J’en suis fière! Mon rêve et mon moteur sont de faciliter l’accès à l’entrepreneuriat aux femmes. Je pense que le monde économique d’aujourd’hui a réellement besoin d’un féminin présent, pleine de douceur et qui entreprend à sa manière. Vous savez, au tout début, j’avais le sentiment
que parmi les entrepreneurs à succès il n’y avait que des hommes ou des femmes sans enfant. Je me disais, mais bon sang, c’est que ce n’est pas possible ? J’avais vraiment envie de bousculer les choses et de transmettre un message à mes filles en premier. Que rien ni personne ne peut t’empêcher de vivre la vie que tu veux ! Il va te falloir apprendre la persévérance, l’action, la capacité de décision, mais aussi l’écoute
de ton intuition, de ta petite voix intérieure afin de réaliser ce pourquoi tu es ici. Et en tant que femme, quelle que soit ta situation familiale, tu portes en toi un feu sacré qui est capable de t’aider à construire tout ce que tu veux.

J’avais failli laisser tomber plusieurs fois, mais je suis heureuse aujourd’hui, en regardant tout ce chemin parcouru, d’avoir continuer le chemin. J’en ressens une profonde gratitude.

Vis-à-vis de moi, mais aussi et surtout vis-à-vis des personnes qui m’ ont accompagnée en chemin, de passage ou qui sont encore à côté de moi aujourd’hui.

Quelle est la nature de votre accompagnement et qu’est-ce qui a décidé cette orientation ?

Je suis coach en création d’entreprise aujourd’hui, auprès des femmes. Je les aide à identifier leurs dons, points forts et ce qui les rend unique pour en faire la fondation de leur entreprise.

Au début, j’accompagnais uniquement les mamans. Mais très vite mon message parlait également aux femmes qui ne sont pas forcément mamans.

Pourquoi les femmes? Parce que j’ai toujours eu du mal à accepter le statu quo. Je suis brûlée de l’intérieur lorsque j’entends des femmes me dire qu’elles ne pourront jamais créer une entreprise parce que leur mari ne veulent pas, parce qu’elles ne sont pas assez compétentes, parce qu’elles ont peurs, ou encore parce qu’elles sont mamans ! Je pense à mes filles, quand elles seront en âge de décider de ce qu’elles veulent pour leur vie. À utiliser les mêmes mots. Non, je ne peux pas!

Je veux donner aux femmes les ailes de la possibilité pour leurs enfants (présents, futurs ou ceux qui les prendront comme modèle). Que ces enfants, voient qu‘en tant que femme, en tant qu’être, on peut choisir de vivre la vie qu’on veut.

Je veux qu’en tout temps ces femmes se choisissent, car il n’y a pas plus beau message, selon moi, que d’être l’exemple vivant de ce qu’on veut transmettre à nos enfants. Comment leur apprendre l’indépendance et la liberté, si soi-même on est empêtrée dans nos peurs et nos limitations!

Vivons grandes, à la hauteur de ce que nous aspirons à vivre. Vous imaginez un monde où plus aucune petite fille n’aura peur de franchir le pas, car avant elles, ses mères, tantes, modèles ont avancées ? Je ne sais pas vous, mais rien que ça, ça me rebooste !

 

 

Pour augmenter votre visibilité, avoir votre annonce professionnelle et publier sur le blog, devenez experte sur le réseau Busy-women en cliquant-ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *